Charte – fondement

Dans leur livre « Genial lokal  » Valentin Thurn, Gundula Oertel et Christine Pohl ont rassemblé les lignes directrices pour la création de conseils de politique alimentaire. Outre la mise en réseau de personnes déjà actives ou intéressées, l’objectif initial a été de fixer des objectifs et de formuler des principes. « Avant qu’un conseil de politique alimentaire ne s’attaque aux problèmes et défis liés au système alimentaire, il devrait informer publiquement sur les concepts et les positions défendue. De telles lignes directrices n’ont pas besoin d’être détaillées mais doivent décrire le changement souhaité dans le domaine de l’alimentation.

Dans de nombreuses villes, les conseils de politique alimentaire se sont dotés d’une charte.  Certaines chartes ne contiennent que quelques principes directeurs. La charte du conseil de politique alimentaire de la région de Bienne est un peu plus détaillée et s’inspire de celle de Toronto, qui résume en une page les objectifs et la manière dont ils devraient être atteints.

La charte est le cadre commun de toutes les activités du conseil de politique alimentaire. Toute personne qui est d’accord avec la charte et qui souhaite contribuer à la réalisation de ses objectifs est membre du Conseil de l’alimentation. Qui veut savoir à quoi sert le conseil de politique alimentaire, peut le lire dans la charte. La charte est également une aide à prendre les bonnes décisions dans les situations difficiles.

Afin de garantir que la charte ne se limite pas à des principes généraux, les thèmes pour lesquels le conseil alimentaire est actif seront placé à la fin de celle-ci.  Les différents projets et leur planification sont résumés dans des groupes thématiques. Les thèmes créent ainsi des ponts entre la charte et l’activité concrète.

Urs Scheuss, membre du comité ERCA.

Dans leur livre « Genial lokal  » Valentin Thurn, Gundula Oertel et Christine Pohl ont rassemblé les lignes directrices pour la création de conseils de politique alimentaire. Outre la mise en réseau de personnes déjà actives ou intéressées, l’objectif initial a été de fixer des objectifs et de formuler des principes. « Avant qu’un conseil de politique alimentaire ne s’attaque aux problèmes et défis liés au système alimentaire, il devrait informer publiquement sur les concepts et les positions défendue. De telles lignes directrices n’ont pas besoin d’être détaillées mais doivent décrire le changement souhaité dans le domaine de l’alimentation.

Dans de nombreuses villes, les conseils de politique alimentaire se sont dotés d’une charte.  Certaines chartes ne contiennent que quelques principes directeurs. La charte du conseil de politique alimentaire de la région de Bienne est un peu plus détaillée et s’inspire de celle de Toronto, qui résume en une page les objectifs et la manière dont ils devraient être atteints.

La charte est le cadre commun de toutes les activités du conseil de politique alimentaire. Toute personne qui est d’accord avec la charte et qui souhaite contribuer à la réalisation de ses objectifs est membre du Conseil de l’alimentation. Qui veut savoir à quoi sert le conseil de politique alimentaire, peut le lire dans la charte. La charte est également une aide à prendre les bonnes décisions dans les situations difficiles.

Afin de garantir que la charte ne se limite pas à des principes généraux, les thèmes pour lesquels le conseil alimentaire est actif seront placé à la fin de celle-ci.  Les différents projets et leur planification sont résumés dans des groupes thématiques. Les thèmes créent ainsi des ponts entre la charte et l’activité concrète.

Charte

Urs Scheuss, membre du comité ERCA.